• Blog Stats

    • 431,163 visites
  • A propos

    Mateur (_ ماطــر _) est une ville du nord de la Tunisie située à 66 kilomètres au nord-ouest de Tunis (capitale). Elle est située au cœur d'une région agricole de premier ordre en raison de la fertilité des terres de la plaine environnante. Elle compte deux zones industrielles et elle abrite deux établissements universitaires. Le premier Conseil municipal de Mateur est installé le 12 octobre 1898 pour concrétiser et raffermir l’importance géographique et économique de la région. Durant l’année 2008 la municipalité de Mateur célèbre son 110e anniversaire.
  • Archives

  • Rechercher date

    mars 2009
    L M M J V S D
    « Fév   Avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Top articles

  • Pages

MATEUR – Capitale de l’Agro-tourisme


Lettre ouverte aux Elus (es)

Suite à la journée du dialogue concernant l’agenda 21 et après avoir écouté les nombreuses interventions, toutes du reste d’un très haut niveau, et comme je l’avais annoncé dans ma précédente lettre je commence par l’aspect économique du développement durable et particulièrement le volet de l’Agro-tourisme.

Faut-il rappeler que l’agenda 21 local vise à assurer le progrès économique, social, et écologique et garantir le développement durable donc penser l’avenir de notre ville et de sa région.

Le mot Avenir étant prononcé, Ceci me rappelle une phrase dite avec humour par Woody Allen : « L’avenir est le seul lieu où vous êtes sûr de passer le restant de votre vie».

L’enjeu économique est important. Il s’agit en effet d’explorer l’avenir et de s’engager dans une prospective territoriale que nous appelons «Mateur et sa région pour les 20 ans à venir». En effet, Il nous semble qu’un horizon de vingt ans peut faire de Mateur la Capitale sud du Gouvernorat.

Cette région qui s’étend de Sajnane à l’Ichkeul avec Mateur pour centre de gravité, est l’espace de la nature, celui de la ruralité, le havre du calme et de la tranquillité en face du stress urbain, c’est aussi le bien être physique et alimentaire, source de bonne santé grâce au bon air, au bons produits de terroir, à la beauté du paysage aquatique, agraire et forestier, mais aussi au ressourcement et la convivialité.

Comment ne pas mettre à profit des trésors de la nature, les ruisseaux et les rivières, les plans d’eau et leurs berges verdoyantes, les forets et les plantes médicinales, les collines et les sentiers.

Comment ne pas mettre en évidence une nourriture saine et fraiche, un pain de campagne croustillant, un réveil au lever de soleil et le ressourcement dans le patrimoine culinaire.

Comment ne pas céder à une promenade pédestre ou à dos de cheval loin du stress de la ville et des cités où règne l’anonymat.

Le tourisme rural prend ainsi toute sa part dans la revitalisation des économies locales, notamment l’artisanat, le petit commerce et l’agriculture, Il prend aussi sa part de protection et de revalorisation d’un patrimoine culturel et architectural traditionnel en voie de disparition.

Les atouts de notre ville et notre région sont nombreux il suffit de vouloir faire de Mateur et de sa région une destination qui se mérite ;

Une meilleure gouvernance locale et régionale est un des défis majeurs. L’engagement de nos élus, de l’implication de la population locale, mais aussi des organismes professionnels seront nécessaires pour que l’espace rural de Mateur soit un réservoir de croissance et contribue à gagner la bataille pour l’emploi et de l’engagement national en faveur du développement durable.

Oui, tout bouge autour de nous dans ce sens, l’attractivité de la campagne se confirme, nous devons donc faire le choix de la qualité, du cadre de vie et de la meilleure valorisation des ressources patrimoniales de Mateur et de sa région.

Voilà pourquoi Mesdames et Messieurs les élus de la région nous espérons vous voir adopter ce projet et s’engager à le réussir, ce pari.

 

fakhreddinemezzi

 

 

 

 

 

 

Fakhreddine MEZZI

 

* cette lettre est adressée à tous les élus(es) de la région

 

9 Réponses

  1. Encore une fois, Mateur a raté une occasion d’être à la page et pourtant Monsieur MEZZI a écrit sur ce sujet du tourisme et le développement durable… mais la ville de Mateur était absente.

    En marge du Marché Méditerranéen International du Tourisme (MIT) qui se tient depuis le 14 de ce mois et jusqu’à aujourd’hui au Centre International des Foires à la Charguia de Tunis, un séminaire sur le thème : «Tourisme et environnement et développement durable en Tunisie», organisé hier a tenté de répondre à cette question et à bien d’autres portant sur l’harmonisation du tandem : tourisme -environnement. Organisée à l’initiative de l’Association Tunisienne de Développement du Tourisme Ecologique et des Sites (Ecoutours-Tunisie), en collaboration avec le Magazine Tourisme Info et la Société tunisienne du Tourisme des Jeunes (SOTUTOUR), cette manifestation a été marquée par d’importantes interventions.
    Lors de la séance d’ouverture, M. Néjib Berrich, Secrétaire d’Etat auprès du Ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire, a évoqué les grandes lignes de l’aménagement du territoire élaborées en harmonie avec le respect de l’environnement. La Tunisie, a-t-il rappelé, est classée, première au niveau mondial, en matière de préservation de l’environnement. Ainsi, dans le cadre de son plan d’action, elle prend en considération, a-t-il rappelé, les spécificités écologiques de chaque région, tout en oeuvrant à l’amélioration du niveau de vie des habitants des différents sites et à faire connaître les atouts culturels et écologiques de toutes les régions du pays.

    Des espèces à protéger
    Dans son intervention, M. Hedi Chbili, cadre au ministère de l’Environnement et du Développement durable a retracé, pour sa part, le parcours historique et la place actuelle du tourisme écologique en Tunisie. Il a souligné que cette composante n’est pas nouvelle dans nos murs, puisqu’elle est même évoquée dans les récits et les écrits des écrivains et historiens du début du XXe siècle. Il a rappelé que la Tunisie recèle de réels atouts en matière de faune et flore. En plus de ses huit parcs naturels, ses aires protégées, on peut dénombrer dans ses réserves naturelles prés de 3618 espèces végétales et 2224 espèces animales. Et le conférencier d’insister sur la nécessité de protéger ces réserves naturelles et leurs espèces par la protection, la préservation et la valorisation. Il a mis aussi l’accent sur l’éducation environnementale, laquelle doit être basée sur la sensibilisation et l’organisation des visites guidées sur les sites à vocation écologique. Et le conférencier de révéler que le développement du tourisme écologique se base sur une sensibilisation permanente au respect de l’environnement et l’enracinement du comportement civilisationnel auprès des visiteurs des sites qu’ils soient tunisiens ou étrangers. Le rôle des guides touristiques revêt, à ce niveau, une importance capitale. Ces derniers doivent oeuvrer à faire connaître davantage le patrimoine herbivore et les spécificités écologiques de chaque région auprès des visiteurs.

    Dix nouvelles zones
    A ce titre et selon le conférencier, pas moins de 72 composantes du tourisme écologique réparties en six grandes catégories peuvent faire l’objet de valorisation qui doit passer incontestablement par des actions de marketing et de promotion. Et c’est d’ailleurs, dans ce contexte, qu’une nouvelle cartographie a été élaborée dans le cadre d’un plan de promotion du tourisme écologique et culturel impliquant les trois ministères du Tourisme, de l’Environnement et du Développement durable, celui de la Culture et de la sauvegarde du patrimoine. Selon le représentant du ministère du Tourisme, une étude a permis d’élaborer une nouvelle cartographie du tourisme écologique qui fait ressortir en Tunisie, dix zones du tourisme écologique qui prennent en considération toutes les régions suivant leurs spécificités environnementales. La stratégie nationale du tourisme écologique s’articule autour d’un plan d’action en vue d’inscrire le tourisme écologique au premier plan des produits à promouvoir. L’accent sera ainsi mis sur l’aménagement et l’exploitation des sites écologiques et archéologiques mais aussi sur la promotion des investissements et le marketing afin de faire connaître les sites.

  2. السياحة البيئية والتنمية المستديمة
    منتوج سياحي يستقطب مختلف شرائح السوّاح
    هدى مسعودي
    «السياحة البيئية والتنمية المستديمة في تونس : الواقع والآفاق» كان محور الندوة التي نظمتها امس الجمعية التونسية لتنمية السياحة البيئية والمواقع باشراف السيد نجيب بالريش كاتب الدولة لدى وزير التجهيز والاسكان بقصر المعارض والمؤتمرات الشرقية على هامش الصالون الدولي والاورومتوسطي للسياحة 2009.
    وقد تناولت هذه الندوة السياسة الوطنية من اجل النهوض بالسياحة البيئية وتعزيز المواقع الاثرية باعتبارها منتوجا جديدا ورافدا للتنمية الوطنية وقد جاء في مداخلة السيد نجيب بالريش التأكيد على مواصلة الاهداف المرسومة عن طريق العديد من الآليات والاجراءات ووضع مقاربة تنموية تتداخل فيها الاهداف الثقافية والاقتصادية واشار الى ان سياسة الدولة آمنت بالبعد البيئي كضرورة حتمية لكسب رهان المنافسة وتحقيق التنمية الوطنية ودعا الى ضرورة مزيد العناية بالبيئة والمحيط الى جانب المخزون الثقافي والارث الحضاري لدمجه في السياحة المستديمة وضرورجة الوعي بهذه المقومات الثمينة وحسن استغلالها كما دعا المجتمع المدني الى تفعيل دوره من اجل المساهمة في تعزيز السياحة البيئية .
    ومن جهة اخرى تطرقت هذه الندوة الى مكانة السياحة البيئية في مخططات التنمية المحلية والتهيئة الترابية من خلال تيسير اندماج السائح في المجتمعات المحلية وتعريفه بالمنتوجات البيئية والثقافية في المناطق الريفية في مختلف الجهات الى جانب رفع قدرات المتساكنين المحليين للانخراط الفاعل في هذه المنظومة التنموية كما أكدت جميع الاطراف على اهمية القطاع الخاص بمختلف منظماته وهياكله المعنية في تنمية هذا المجال والمبادرة بعدة افكار ومشاريع وضرورة ادماج الشباب في قطاع السياحة البيئية وخلق مهن جديدة من خلال تأهيل الموارد البشرية في صلب التعليم والتكوين المهني.

  3. Ci-après les réactions en Belgique suite à l’article qui parle de votre belle région mateuroise et de ses habitants très attachants.
    Amicalement – Léo Van Denis
    Forum : La Zerda (Sidi El Béchir)…
    14 mai 2008, par Jacqueline Bouzin
    Merci pour cette si touchante description de « la Zerda » Sidi El Béchir : vous avez vraiment réussi à faire partager l’émotion et la joie de cette fête qui rassemble votre famille. J’y ai retrouvé le gout du partage et le souci des pauvres qui anime l’Islam tolérant. C’est vrai que le respect de la diversité des valeurs de l’autre scelle un couple solide…mais cela demande tolérance, patience et surtout beaucoup d’amour ! Alors la saveur est aussi enivrante que le parfum de votre délicieux couscous mateurois.
    4 mai 2008, par Sophie Rayé
    Bravo pour ce texte magnifique empreint d’amour, de tolérance et de joies partagées… Un bon exemple d’harmonie parfaite entre 2 époux qui par leur intelligence du cœur et leur respect mutuel sont parvenus à se construire et à perdurer malgré les différences de culture et de religion qui auraient pu les diviser ! Et en prime le rayonnement d’une famille unie et accueillante…. C’est le rêve absolu, un bel exemple d’humanité et d’universalité qui fait oublier un instant, l’incompréhension voir la haine qui divise tant les hommes de par le monde. Il m’a donné la pêche pour toute la journée ! Sophie
    15 mai 2008, par Janine
    J’ai une fois de plus ajouté mon émotion à la tienne en lisant ce texte magnifique, ce texte magique qui montre à quel point les gens sont capables de s’entendre et se respecter, quels que soient leurs origines et leurs croyances, leur mentalité et leur statut dans leurs sociétés respectives ou étrangères, leurs attentes et leur mode de vie. Quel bien cela fait de découvrir qu’il existe encore des Edens terrestres possibles où le dialogue se protège du monologue abusif, où hommes, femmes et enfants peuvent rire, sourire, pleurer, se sentir libres d’afficher leurs convictions personnelles sans être méjugés ou trahis, se côtoyer sans se haïr, se regarder dans les yeux sans mentir… Ecris-nous encore de telles images, Moune… Janine
    15 mai 2008, par Josy
    Je te reconnais très bien dans ce récit d’amour de fraternité et de partage. Tu transmettais déjà toutes ces valeurs si chères à ton cœur, lorsque tu éduquais les élèves dans ta classe. Merci pour cet instant de bonheur dans un monde trop souvent égoïste. Très affectueusement.
    15 mai 2008, par Suzanne Daws
    Merci, chère Moune, pour ce magnifique témoignage de vie, d’amour, de fraternité. J’ai vraiment été émue à la lecture de ton récit … si tous les deux vous pouviez faire tâche d’huile et rayonner cette paix et ce respect de l’autre, c’est plus que magnifique, c’est extraordinaire. Comme quoi, l’amour mène à tout ! Merci aussi à ton mari de t’aimer de cette façon, de t’aimer avec ce respect au delà des frontières, au delà des cultures, vraiment c’est extraordinaire Je me réjouis de te connaître et merci de nous avoir fait partager cette journée particulière. Cette région, C’est un petit coin de paradis que tu nous offre !
    16 mai 2008, par Pierre Sentjens
    Super Moune…très beau texte qui respire l’amour de la vie, des bonnes choses de la vie ou l’amour tout simplement. Merci de nous faire partager un peu la fête, ses « odeurs » et ses « couleurs ». Comme j’adore comme toi Khalil Gibran …voici ma sélection d’artiste et homme de mer : Je marche éternellement sur ces rivages, Entre le sable et l’écume. Le flux de la marée effacera L’empreinte de mes pas, Et le vent emportera l’écume. Mais la mer et le rivage demeureront Eternellement… Khalil Gibran
    Je te souhaite bonne fête et vous remercie, ton mari et toi, de l’exemple chaleureux de votre complicité religieuse et tolérante. A bientôt…Pierre
    16 mai 2008, par Michel Neroucheff
    Cou(s)cou(s) Moune, Comme ma petite Janine, ton texte m’a beaucoup ému et je te reconnais bien là toujours à l’écoute des autres, prête à fraterniser avec celles et ceux qui t’aiment et que tu aimes. Ton sourire et tes rires resplendissent à travers tous ces mots mis l’un derrière l’autre et qui démontrent toute la chaleur que tu peux donner pour les tiens. J’ai eu l’impression de vivre la fête avec vous toutes et vous tous. Lorsque l’on lit tes mots, on se demande pourquoi le monde se déchire quand il est si facile de s’AIMER en respectant toutes les races et toutes les religions. Et sinon, à quand un excellent COUSCOUS entre amis car tu m’as donné aussi l’eau à la bouche. Bisous à vous deux. Michel Neroucheff
    17 mai 2008, par faline
    Très beau texte qui respire la tolérance, le respect, l’amour et la joie de vivre… A bientôt
    17 mai 2008, par Raoudha
    Merci Moune, pour ce beau témoignage ! Je te reconnais bien, dans ce texte qui te ressemble ; tu nous réconcilies avec des valeurs qui semblent révolues, si simples pourtant et sources de vrai bonheur.
    Quel beau texte emprunt d’émotions vraies et si bien racontées ! Je voyais la scène. Cela me touche et me rappelle mon ami Karim, Algérien, qui savait si bien me raconter sa vie et son pays. Il est décédé à 35 ans. J’y pense encore souvent ! De notre amitié, il me reste de beaux souvenirs, comme son séjour chez moi, et la certitude que l’ouverture d’esprit et l’amour du prochain peuvent, quelles que soient les origines, rassembler les hommes dans la paix. C’est la preuve que les femmes et les hommes de bonne volonté existent bien en ce monde. Je suis fier de t’avoir comme sœur, et je t’embrasse bien fraternellement, ainsi que Kim et toute la famille. Ton frère, Georges
    20 mai 2008, par Madame Pascale
    Bravo Moune très beau texte et tu décris si bien les choses qu’on s’y croirait .On ressent la chaleur, on sent la bonne odeur des mets cuisinés et on réserverait bien avec toi une petite place dans l’avion lors de tes prochaines vacances. Merci pour ce partage.
    20 mai 2008, par Janique
    Très beau texte, merci de partager ces moments Moune…
    La préparation du couscous racontée par une gourmande laisse flotter un délicieux parfum dans la pièce😉 Et cette atmosphère remplie de douceur et de communion au cimetière est perçue comme un instant d’apaisement dans un monde trop agité… Prenons le temps de nous souvenir… Toutes nos histoires resteront belles si nos enfants se les rappellent…
    A très bientôt ma p’tite dame ;-))
    21 mai 2008, par Jacqueline
    Quel beau moment tu viens de partager, Moune ! J’ai vécu La Zerda, en vrai, grâce à ton écriture très vivante ! J’ai ressenti tes émotions et …j’ai humé la bonne odeur de ce couscous !
    21 mai 2008, par Mizou
    Nouveau pour moi et pourtant, je m’y serais crue … ambiances, odeurs, cadres … Merci pour ce partage, ce moment d’évasion, … BRAVO et vivement le prochain article !
    24 juin 2008, par J.K
    Les nombreuses réactions témoignent du fait que tu nous as captivé par ce beau récit, si vrai, si simple, si parfumé merci encore quelques beaux moments particuliers à partager ? N’hésite pas, nous les attendons ! J.K.

  4. Fakhreddine MEZZI
    Suite à mon article intitulé « mateur capitale de l’agro-tourisme « un ami belge, à qui j’ai fait découvrir la région de Sidi El Béchir, m’a adressé cet article paru dans la revue belge « âges et transmissions ». Cet article qui parle d’une façon magistrale de Zardat Sidi El Béchir je vous le livre, où que vous soyez, aussi succulent que nos souvenirs des zardats qui nous ont marquées tous :
    La Zerda (ou une journée particulière à Tunis)…
    Le 13 mai 2008 par Souris verte
    Cela fait 33 ans maintenant que je connais Khémaïs (Kim pour les intimes !) et 27 ans que nous sommes mariés. Je suis belge et il est tunisien. Nous sommes donc un couple mixte, comme ils disent !! Je suis catholique, il est musulman.. Aïe, aïe. J’entends déjà les critiques !!Rassurez –vous, tout va bien ! Je pense que nous devons notre longévité de couple à notre respect mutuel, à notre compréhension, à notre tolérance et aux échanges multiples d’informations, de découvertes, de visites, de voyages, de lectures.
    Nous avons l’un pour l’autre un intérêt particulier, nous sommes curieux du savoir de l’autre ne dit-on pas que les arbres aux racines multiples forment les arbres les plus solides ?et c’est bien vrai.
    Nous fêtons la Noël aussi bien que le l’Aïd, nous respectons le carême aussi bien que le ramadan.
    Et chaque année, lorsque nous rentrons en Tunisie pour les vacances, mon mari tient à faire une offrande à Sidi El Béchir.
    Cette fête est un hommage d’une famille à un saint (marabout) qu’elle vénère dans le but d’avoir sa protection. « Comme chaque année depuis 30 ans, mon mari organise demain une grande fête familiale que nous appelons ici en Tunisie « la ZERDA ».
    Cette fête est un hommage à un saint nommé « Sidi El Béchir » dont le mausolée se situe dans le cimetière du grand Tunis. Selon la croyance de certains, il apporte protection à la famille qui l’honore et réalise les vœux durant l’année des offrandes.
    Aujourd’hui donc, sera « le jour particulier ». Le soleil vient de se lever et le Muezzin lance son premier appel à la prière. Dans la maisonnée chacun se prépare.
    Nous descendons tous à la salle à manger pour prendre notre petit déjeuner. Ommi, la maman de Kim (mon mari) sera cuisinière en chef pour cette journée. C’est elle qui règlera les différentes étapes de la préparation du couscous. Toutes les victuailles sont prêtes, nous sommes allés les acheter hier soir. S’entassent sur la table de la cuisine 7 kilos de viande,3 plateaux d’œufs, l’huile d’olive,5 kilos de couscous, les raisins secs, les pois chiches, les boites de tomates concentrées et les épices.
    Les ustensiles de cuisine sont alignés sur le meuble. L’énorme couscoussière est sortie du placard où elle dort depuis un an. Elle est déposée sur le feu de la cuisinière, elle sera la reine de la matinée, c’est d’elle que sortiront tout à l’heure les viandes les plus agréablement parfumées et moelleuses. Dans ses entrailles sont déposés tour à tour l’huile d’olive, les morceaux de bœuf marinés dans les épices de carvi, de tabel, de sel, de poivre et de paprika, la sauce tomate diluée et les pois chiches gonflés d’eau. Les œufs sont cuits dur et écaillés. Les raisins de Corinthe attendent leur moment dans un bol d’eau. Le couscous est déversé dans la grande bassine et lavé plusieurs fois avant d’être mis dans la passoire qui s’adaptera au-dessus de la marmite.
    Ommi s’est emparée de la très grande cuillère en bois et tourne dans la casserole pour bien mélanger les ingrédients. La viande est presque cuite, un parfum enivrant nous chatouille les narines.mmm, que ça va être bon !! Nous déposons la passoire sur le faitout. La vapeur ne pouvant s’échapper par les côtés, Ommi entoure la « jonction » avec un ruban spécial. Le couscous sera bien cuit uniformément, puisque la vapeur passera uniquement à travers les trous de la passoire.
    Il fait très chaud dans la cuisine. Le soleil pénètre par la fenêtre laissée ouverte. Un chat passe la tête, espérant recueillir un morceau de viande, mais il sera vite chassé !
    Au dehors, les enfants jouent et crient entre eux. Dans la cuisine, la pression monte. Nous attendons tous que la couscoussière se manifeste.
    Enfin, la sauce fait entendre ses bulles de cuisson une vapeur s’élève entre les graines du couscous. Ca y est !! Le couscous est cuit.
    Il nous faut maintenant retirer la passoire. Jamila, ma belle sœur, se charge d’égrener le couscous. Voici venu le moment de garnir les plats immenses qui seront portés au cimetière et donnés aux pauvres en offrande à Sidi El Béchir. La grande marmite est retirée de la cuisinière. Elle est si lourde, trop lourde !! Il faut bien la force de Kim et de Latifa (mon autre belle sœur) pour la poser sur la table basse près du four. Le couscous est versé dans les grands plats .Des dizaines de morceaux de viande sont déposés dessus et nous ajoutons les œufs cuits durs et les raisins pour la décoration. Ommi laisse couler un peu de sauce tomate sur la préparation pour l’aérer et lui donner un air des plus appétissant. Nous recouvrons le tout d’un grand essuie afin de protéger les aliments des poussières. La quantité réservée au repas du soir en famille est rangée dans le frigo.
    Il ne nous reste plus qu’à faire la vaisselle et ranger la cuisine. Après avoir pris chacun une douche, nous montons dans nos chambres pour faire une petite sieste bien méritée. Il fait encore trop chaud pour partir au cimetière. En été la température atteint facilement 40 degrés à midi, nous partirons donc dès que le soleil sera moins fort.
    Moi, je ne monte pas faire la sieste. Je suis trop nerveuse ! Je profite donc de ce calme soudain revenu pour préparer la soirée. Je mets la table et je décore la maison. Comme chaque année depuis 30 ans, j’organise des jeux pour que cette journée devienne aussi une journée de fête avec les enfants. Je gonfle des ballons, j’installe le coin distractions, je ne dois rien oublier !
    Il est maintenant 16 heures. Il est temps de partir pour le cimetière El Jallaz à Tunis où se trouve le mausolée de Sidi El Béchir et le tombeau du papa de Kim. Les plats sont rangés dans le coffre de la voiture. Le trajet durera une demi-heure. Il fait encore chaud dans l’auto…mais Ommi est tellement heureuse qu’elle chante en frappant dans ses mains. Nous reprenons tous en chœur avec elle le refrain qu’elle vient juste d’improviser.
    L’arrivée au cimetière est pour moi un grand moment d’émotion. De pauvres gens sont assis le long du chemin qui mène aux tombes. Ils nous regardent passer et nous sourient. C’est moi qui conduis la voiture. Je ne dois pas me tromper, il me faut retrouver le mausolée de Sidi El Béchir. Rouler lentement, tourner à droite, suivre le chemin qui conduit en haut de la montagne, redescendre vers la gauche. Ah, je le vois. Je le reconnais à son dôme peint en vert. Je gare l’auto devant l’entrée et j’éteins le moteur.
    Tout le monde sort de la voiture et, nous les femmes, mettons un foulard pour nous couvrir la tête. Kim ouvre le coffre et en retire le plat. Nous rentrons dans le mausolée et saluons les gens qui se trouvent sur notre passage. Ce sont des mendiants qui ayant aperçu l’auto s’arrêter, sont venus, car ils savent qu’ils vont recevoir à manger. La gardienne de l’endroit s’avance vers nous et s’empare du plat qu’elle va partager entre les personnes présentes.
    Nous nous dirigeons maintenant vers le tombeau du saint et allumons des bougies. Nous prions Dieu ou Allah peu importe nous prions !! Moi qui suis européenne et catholique, je me sens respectée et accueillie. Ce moment est magnifique. Rien ne peut rompre la sincérité et le partage de cette prière.
    Je prie en croisant les mains et j’évoque Dieu. A côté de moi, ma belle famille ouvre les mains pour prier Allah, et nos voix s’unissent dans cette incantation à l’au-delà. Cela me touche beaucoup de voir ces gens démunis avoir un cœur bien plus ouvert que la plupart des dirigeants de ce monde.
    Oui, il faut croire à l’amour du prochain !! Je l’ai senti ici, à cet instant.
    Pendant notre recueillement, le couscous est offert aux gens qui attendent un peu plus loin. Des mains d’enfants, de femmes, de vieillards se tendent vers les plats qui regorgent de viande. Dans les yeux brillent une reconnaissance et de l’amitié. Un vieil homme en guenille, le visage ridé par le temps, me tend un broc d’eau pour me remercier. Cette eau est pour lui sacrée, elle est extraite du puits qui jouxte le mausolée. C’est donc un honneur pour moi de pouvoir la partager avec lui.
    Je suis vraiment bouleversée par cette ambiance qui règne ici. Je me sens légère et fragile.
    Heureuse et soucieuse.
    Que pourrais je faire, moi la nantie, pour apporter de l’aide? Offrir des vêtements ? Donner des livres et des cahiers aux enfants ? Oui, il y a des choses à faire ici !!
    Mais la journée n’est pas terminée. Nous reprenons les plats vides et recevons de l’encens et des bougies. Nous prenons place dans la voiture et repartons à travers les petits chemins à la recherche de la tombe du papa de Kim. Tous les tombeaux sont les mêmes. Si dans la vie chacun a pu étaler sa richesse, ici, dans la mort, chacun sera pareil à son frère. Juste une pierre blanche surmontée d’un petit muret sur lequel sont inscrits les noms, dates de naissance et de décès. Il n’est pas facile de retrouver le chemin qui mène au tombeau. D’une année à l’autre, des herbes ont envahi l’endroit, de nouvelles tombes ont été creusées et je tourne bien souvent en rond. Depuis le temps que je viens ici, j’ai fini par me mettre des points de repère en tête un arbre comme ceci, un mur comme cela, un peu plus haut oui, je pense avoir trouvé !!
    Nous descendons encore une fois de la voiture. Nous prenons l’arrosoir rempli d’eau, le grattoir et l’éponge restés dans le coffre car chaque année il nous faut déblayer les alentours de la tombe. Ceci est un autre « rite » annuel qui chagrine chaque fois mon mari car il se rend compte que s’il ne rentrait pas au pays, rien ne serait entretenu. Mais bon, c’est un moment de recueillement et non de reproche !! Le tombeau est donc lavé, les herbes folles arrachées et des graines de millet sont déposées sur la petite vasque incrustée dans la pierre. Il est de bon alois que les oiseaux viennent se nourrir et chanter sur la tombe d’un défunt .Cela lui apporte un peu de « nous ». Les prières sont à nouveau récitées et les pensées vont vers le disparu que je n’ai pas connu mais dont j’ai entendu tant de bien. Nous remontons dans la voiture et nous dirigeons vers la sortie du cimetière. Nous distribuons le plus de monnaie possible aux mains qui cette fois ci se tendent pour recevoir l’aumône.
    Le retour se fait dans le calme. Chacun est dans ses pensées et sous l’effet de l’émotion.
    Tout à l’heure, au moment de prier sur la tombe du papa, quelques gouttes de pluie sont tombées uniquement sur nous et aussitôt après, un arc en ciel s’est élevé au-dessus de nos têtes.
    Nos regards se sont croisés et dans nos yeux, nous avons compris qu’un signe venait de nous être adressé. C’est ce que chacun a ressenti, sans se le dire. Un grand apaisement s’est installé dans nos cœurs.
    C’est dans cet état de « grâce » que nous arrivons à la maison. Il est l’heure à présent de penser aux vivants !! Les familles arrivent avec les enfants. Ceux ci sont très excités. Ils savent qu’ils vont bien s’amuser. Les adultes sont détendus, ils attendent cette rencontre depuis une longue année. Que de choses à se dire, que de rire, de joie, d’agitation un contraste incroyable avec les heures précédentes.
    Je passe ainsi d’émotions en émotions et cela me fait tourner la tête et le cœur. Les jeux peuvent commencer attacher la queue de l’âne, trouver une pièce dans la farine, chanter, écrire son prénom en tenant un crayon entre les orteils c’est le moment des petits défis entre cousins et cousines !! Qui y arrivera ? Quelle famille sera la plus adroite ?
    Rires encore, cris toujours, disputes parfois !! Le grand moment de passer à table est arrivé. Le couscous de « la Zerda »est prêt et joliment présenté dans des plats décorés. Les enfants se mettront à table à la terrasse tandis que nous, les adultes, nous nous installerons à la salle à manger. Ce moment précis est très important pour nous tous. Il est celui de la famille réunie. Les liens sont resserrés pour un instant de bonheur partagé. Jamais nous n’oublierons.
    Les années passent, les enfants ont grandis et à leur tour, ils ont des petits. Ommi est décédée il nous manque quelqu’un dans la cuisine ! Mais la fête continuera, pareille chaque année. Kim est le rassembleur venu de loin. Grâce à lui, nous passons ensemble des instants de grande fraternité. Mon souhait est que nous puissions organiser ces moments de joie de nombreuses années encore et que plus tard, un autre membre de la famille reprendra le flambeau et à son tour, perpétuera cette tradition.

  5. Je reviens aux chiffres alarmants publiés sur notre site, bien qu’ils méritent d’être peaufinés afin de permettre une lecture plus scientifiques mais ils sont quand même forts éloquents.
    Je pense que nombreux parmi nous se pencheront sur les significations et les lectures à donner à ces tableaux ; toutefois je pose une question fort simple : l’agro-tourisme ne peut-il pas être un des remèdes pour atténuer un chômage dont l’importance guette notre communauté mateuroise ! le développement durable n’est-il pas aussi le fait de trouver une harmonie entre les ressources naturelles et le potentiel humain ; dans les 1500 chômeurs du secondaire et les 1900 du primaire ne peut-on pas puiser un force de travail liée directement et indirectement à l’agro-tourisme dont parle Monsieur Fakhreddine MEZZI dans sa lettre ouverte aux élus.
    Quand on veut on peut et l’impossible ne doit plus être mateurois.
    cordialement
    na.ouar

    • Je veux vous remercie pour ce commentaire que je l’apprécie bien.

  6. en visitant le facebook j’ai découvert de forts belles photos des plans d’eau qui entourent Mateur et je crois avoir reconnu la région d’El Arima ce sont des paysages magnifiques. Il serait très bon de les faire publier sur le site de mateur pour que les visiteurs comprennent la portée de l’article de monsieur Mezzi et preuve à l’appui nous réclamons tous de la part des élus une action en faveur de tourisme rural surtout dans une région riche en paysages superbes.
    Sincèrement rien qu’à voir ces belles photos j’ai rêve être avec ma famille et apprécié dans terrasse ou un restaurant flottant les charmes que la nature a offert à cette belle région.
    Réagissons tous et adhérons tous à cette excellente idée et incitant les élus à chercher les solutions pour faire aboutir ce joli rêve.
    Mohamed lahbib

  7. que de reves pour notre chere ville mais faut-il qu’il y ai des gens competants pour mener ces choses là et les concretiser.il y a beaucoup de choses à develloper dans le domaine du « tourisme rural » et non seleument j’adhère à votre ingenieuse idée mais aussi je souhaiterai etre contacté si il ya suite .merci mrs MEZZI.

  8. Qu’elle idée géniale que nous propose Monsieur Fakhreddine MEZZI. Pour moi qui connais bien la région je ne peux que dire bravo à si Fakhreddine, Mateur et sa large région peut-être et doit-être une superbe destinée pour le tourisme intérieur mieux encore, plus de 2000 chasseurs qui viennent de l’étranger peuvent passer un séjour de chasse dans des fermes à aménager et dans des gites à créer et faire ainsi de cette belle région le coin que tout amateur de calme et de beauté recherchera. Avec une volonté de faire et une utilisation des Technologie de l’Information et de la Communication (T.I.C) on peut faire vendre l’image de toute la région vers le monde entier.
    Moi j’adhère à votre idée Monsieur MEZZI j’ose éspérer que les élus suivront cette voie;
    Mohamed Lahbib

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :