• Blog Stats

    • 431,163 visites
  • A propos

    Mateur (_ ماطــر _) est une ville du nord de la Tunisie située à 66 kilomètres au nord-ouest de Tunis (capitale). Elle est située au cœur d'une région agricole de premier ordre en raison de la fertilité des terres de la plaine environnante. Elle compte deux zones industrielles et elle abrite deux établissements universitaires. Le premier Conseil municipal de Mateur est installé le 12 octobre 1898 pour concrétiser et raffermir l’importance géographique et économique de la région. Durant l’année 2008 la municipalité de Mateur célèbre son 110e anniversaire.
  • Archives

  • Rechercher date

    mars 2009
    L M M J V S D
    « Fév   Avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Top articles

  • Pages

MATEUR – Données Scolarisation et chômage


A l’occasion de la fête nationale de la jeunesse et à l’occasion du festival de l’Enfant à Mateur du 19 au 28 mars 2009 je publie quelques statistiques à propos de la scolarisation et le chômage à Mateur.

Un clin d’œil aux différents intervenants dans la région de Mateur sur tous les plans de près ou de loin pour qu’ils s’unissent à diagnostiquer la situation présente des jeunes mateurois et de mettre en place des plans d’actions pour les soutenir et les mettre sur des bons chemins vers un avenir meilleur.

Données réçues de l’équipe de l’Agenda 21 local de Mateur.

15 Réponses

  1. Mon salut à toutes et à tous

    Je vous recommande la lecture du dernier rapport du FMI, concernant la Tunisie.
    J’avoue que, la récession aidant, mon optimisme commençait à s’étioler.
    Je tenais à partager cette information avec vous.
    Les résultats affichés pourraient rassurer l’ensemble des pays de la zone europe, si le rapport les concernait.
    Quand les choses vont bien, il faut savoir le dire

    Bonne lecture sur le site du FMI
    http://www.imf.org/external/french/np/sec/pr/2009/pr09239f.htm

    Cordialement

  2. Dommage que je saches pas lire l’arabe ou plutôt le comprendre^^
    Mais j’ai des echos par ci par là, et la situation est alarmante…

    Il ya une correlation entre la scolarisation et le chômage, donc c’est important de mettre en valeur ces chiffres ensemble.

    Je côtoie des jeunes Materois , et c’est comme partout ,ils sont démotivés par manque de moyens ou la ville n’est pas à la hauteur de leur ambitions…

  3. Ancien enseignant, je ne peux admettre le spectacle offert aux lycéens de la route de Tabarka.
    Educateur, je ne peux accepter l’environnement extérieur du centre de la formation professionnelle situé sur la route de Tabarka.
    D’un certain age je me révolte contre la dégradation de l’entrée de l’hopital de mateur ouvert sur la route de Tabarka.
    Ancien sportif, je m’insurge contre l’image que donne la ville à l’entrée du stade municipal situé lui aussi sur la route de Tabarka.
    N’étant pas avocat, je me demande comment les avocats qui fréqentent le tribunal situé à la route de Tabarka, n’aient pas trouvé le temps de plaider contre la vision qu’ils ont sur les marches du tribunal.
    Hôte des étudiants et des professeurs qui fréquentent l’université situé à la route de Tabarka, je ne peux que leur présenter mes excuses pour l’image que je leur donne.
    En effet un spectacle de désolation, une image préhistorique, une situation catastrophique que de voir des arbres jonchant la voie, brulées, carbonisées tels les victimes d’un massacre en irak ou au pakistan ou sur une planète qui n’a rien à voir avec la Tunisie..2009
    Dans une ville qui adhère à l’agenda 21, Le maire qui passe, les conseillers municipaux qui trépassent, les élus qui traversent et les administratifs qui ferment les yeux … circulez il n’y a rien à voir…et pourtant les élèves, les malades, les sportifs, les avocats, les stagiaires, les futures ingénieurs voient cette image et ceux qui fréquentent la mosquée juste à coté prie Dieu tout puissant pour qu’il ouvrent les yeux des décideurs et qu’ils décident enfin de dégager ces cadavres à moitié calcinées
    Mohamed lahbib

  4. Monsieur Na.Ouar,
    Je vous remercie pour cette observation.
    Je n’ai jamais mis en doute les chiffres avancés par Monsieur Dhaouadi.
    Je m’interrogeais cependant sur les réelles motivations de « l’argumentaire présenté » par Monsieur Ajjabi , mais je ne voulais guère polémiquer en dessous du minimum requis du débat sur une problématique aussi importante et aussi complexe que l’illettrisme.
    Je prends donc appui sur votre éclairage pour reprendre la discussion, sur ce sujet, après les campagnes, les suffrages et le verdict des urnes.
    Un objectif de cette importance, mériterait pourtant une place de choix dans un champ de bataille à fortiori politique et pourrait, éventuellement justifier quelques carrières pour ne pas dire les propulser.
    Comme vous l’indiquez, à juste titre, le sujet est trop sérieux et suffisamment grave pour en faire un cheval de bataille.
    Et, je pense, qu’il est du devoir de tous de le prendre à bras le corps.

    Cordialement

  5. A Monsieur Manoubi ben hassen
    De retour d’un court séjour en Europe et du fait que j’ai été moi aussi choqué par les chiffres et les statistiques que j’ai découverts à travers le site. Je m’étais donc informé des sources bien évidemment. Il se trouve que les chiffres annoncés sont bien réels et bien vrais et émanent des institutions officielles et figurent sur un document de l’institut de la statistique pour les uns et du ministère des affaires sociales pour les autres. Seulement il y hélas des gens pour la réalité n’est jamais bonne à dire car ils sont préoccupés par des carrières ou une quelconque trajectoire  » politique « , pour celà il sont prêts à induire les bonnes intentions en erreur.
    donc ne retenons pas nos plumes et œuvrons pour que le quotidien de Mateur s’améliore. Soutenir les bonnes choses c’est une nécessité et dire les faiblesses est une nécessité
    NA.OUAR

  6. Les chiffres seraient faux ?
    On m’aurait menti ?
    J’aurais mieux fait de retenir ma plume.

    Ne sutor ultra crepidam, dit-on à juste titre

  7. en tant qu’une personne assez intégrée dans la communauté mateuroise ,moi je crois que ces stats ne sont pas assez réelles et que les pourcentages sont beaucoup plus élevés ,plus alarmants encore .tant de fois je me demandais si on pouvait vraiment faire quelques choses ,je me sens désespéré et je lasise tomber.je sais que tout le monde va me le reprocher et me faire toute une leçon de morale ..ma réponse est ……………il faut agir chacun en fonction de sa spécialité ……..et laisser le temps faire son travail.

  8. C’est toujours avec grand intérêt que je lis les interventions de Monsieur Manoubi Ben Hassen et que me régale de l’élégance de son verbe, témoignage certain quant à la qualité de l’enseignement qu’il a eu entre autre de la part d’éminents enseignants mateurois, je pense.
    Je suis d’accord avec M. Ben Hassen que le tissus associatif doit jouer un rôle important, à titre d’exemple ici en France les retraités se regroupent en matière de rattrapage scolaire, pourquoi cette action ne serait-elle pas réalisable à Mateur et éviter aux gens de conditions modestes les frais des études parallèles.
    Monsieur Manoubi vous avez raison d’engager les autorités de tutelles et les élus locaux et régions à épouser les doléances des électeurs.
    J’adhère au devoir de retenue et des moyens mais je réclame ma part du savoir. De votre temps et du temps de mon père il n’y avait pas de lycée à Mateur, vous étiez obligés d’aller ailleurs pour poursuivre vos études aujourd’hui Mateur n’est plus une ville agricole, elle compte deux universités, y-a-t-il l’environnement universitaire à Mateur qui va permettre aux étudiants mateurois et d’ailleurs d’enrichir la vie culturelle de la ville, les professeurs universitaires peuvent-ils donner le plus à la population à travers des clubs et des organisations.
    C’est le sens de ma contribution, comme vous le dites si bien nous tous : individus, associations, mais aussi élus nous devons nous retrouver plus souvent et préparer une stratégie commune et communale pour que ce taux de presque 25 % d’illettrisme baisse dans les plus brefs délais.
    Amicalement
    NA.OUA

  9. Revendications très légitimes, Monsieur Na.Ouar et je comprends l’empressement que vous vous manifestez pour que les Mateurois bénéficient du même droit au savoir que les citoyens des grandes nations.
    Cependant, quelques questions de fond restent posées :
    * L‘instruction publique passe-t-elle nécessairement par la voie d’internet ou de la micro-informatique qui restent, à mon point de vue des moyens et non une fin en soi ?
    * Le développement du tissu associatif, permettant une meilleure appréhension de ce type de problèmes et une lutte efficace contre l’illettrisme est-il suffisamment priorisé pour permettre des actions pérennes et ciblant la majorité de la population concernée ?
    * Sommes-nous prêts, aujourd’hui et surtout demain, à nous investir dans des projets à caractère social en offrant du temps et des moyens à cette population démunie ?
    * Les élus locaux et les autorités de tutelle, peuvent-elles s’engager aux côtés des Mateurois pour défendre ces projets et les accompagner jusqu’à leur aboutissement ?

    * Quelle forme pourrait revêtir notre apport ou notre aide, nous, anciens habitants de Mateur ?

    Sincèrement, Monsieur Na.Ouar, je pense que beaucoup de bonnes volontés existent parmi les Mateurois; mais mon pragmatisme m’autorise à tenir compte en premier lieu de la volonté politique. Cette variable d’ajustement est nécessaire et déterminante pour accomplir de tels projets.

    Nous pouvons, vous comme moi et des centaines d’autres, nous offusquer, nous indigner et parfois nous écarter de notre devoir de retenue ; mais il nous appartient, également de proposer des solutions.

    Monsieur Lahbib avance ici-même quelques idées articulées autour du développement industriel et économique de la région de Mateur.
    Elles sont fort intéressantes et méritent beaucoup d’attention.
    Le dimension sociale ne peut pas être ignorée.
    Elle ne doit pas être reléguée au second plan.
    L’initiative privée, avant l’état providence me paraît être la bonne orientation.

    Le relais doit se faire.

    C’était mon avis sur la question.

    Cordialement

  10. les quelques tableaux publiés ici même me donne l’occasion de donner quelques réflexions sur le chômage à Mateur.
    En effet compter plus de 8 points de plus que la moyenne nationale me laisse perplexe. Je sais que le travail à Mateur est assez souvent saisonnier et à un rapport direct avec l’agriculture …
    mais pourquoi ne pense-t-on pas à créer des unités permanente de transformation des produits agricoles mateurois ; une ville agricole par excellence où il y a aucune minoterie, aucune unité de tomate ni de salaisons, point d’usine de pâtes. Rien qu’à voir les produits agricoles sortir de mateur pour être transformés ailleurs n’est point raisonnable économiquement.
    Jusqu’à quand mateur va rester tributaire seulement des unités totalement exportatrices, non il faut diversifier le tissu industriel et économique et créer un secteur tertiaire mais ceci est une autre paire de manche en l’absence d’administrations et d’organismes tels que les PTT, la CNSS, la CNAM, l’inspection du travail, la Sonede, la STEG.
    A mon humble avis une cité administrative à Mateur permettra l’atténuer ce taux de chômage qui est alarmant
    Mohamed lahbib

  11. Monsieur Manoubi BEN Hassen a surement raison dans sa vision optimiste quant au chemin parcouru en matière analphabétisme mais nous sommes en 2009, nous sommes à l’heure des ordinateurs et des nouvelles techniques de l’information et de la communication. Nous sommes me semble-t-il à l’heure de la mondialisation du savoir et des connaissances et pour une ville universitaire il n’est pas acceptable d’avoir un tel taux de non savoir. Combien de ces qui ne savent ni lire ni écrire ou qui ont un niveau primaire peuvent utiliser un ordinateur ou aller dans un publinet ou un cybercafé, combien d’entre eux peuvent lire un journal et s’informer et se former ; combien de ces gens là sont manipulables et modelables à souhait. Le danger est là. Quel employeur désire employer même un simple manœuvre ne sachant ni lire ni écrire.
    C’est ce qui me fait peur, Monsieur Ben Hassen du fait de sa formation universitaire, de son parcours, de son age et de son expérience est certainement plus  » kool  » que moi et plus raisonnable aussi mais ceux de ma génération sont pressés de rattraper les jeunes du monde entier et nous voulons que mateur rattrape le monde entier. Ce n’est que légitime….
    Cordialement
    PS : Je n’ai pas entendu le commentaire de Monsieur MEZZI sur ce sujet épineux

  12. Je ne le pense pas non plus, Monsieur Faouzi, je voulais juste donner une possibilité de lecture différente des chiffres qui nous sont fournis et accorder aux statistiques une valeur toute relative dans la mesure où leur interprétation peut varier d’un extrême à l’autre en fonction de la distance focale.
    Si la vision du général présente un certain intérêt pour l’analyse macroscopique de la situation, le détail conserve son importance quant aux solutions qui pourraient en découler.
    Je voulais également apporter un point de pondération, suite aux commentaires de NA.OUAR, alarmistes (à juste titre, peut-être), mais qui font abstraction du chemin parcouru.
    Et j’épouse parfaitement son avis sur la nécessité des efforts pour réduire cette marge d’injustice.

    Cordialement
    Manoubi Ben Hassen

  13. Les données statistiques livrées, ainsi, sous forme brute peuvent prêter à confusion et laisser penser, à tort, à une situation en totale contradiction avec la signification réelle de ces tableaux.

    Du moins, c’est ce que je perçois.

    Tableau 1 (Taux d’alphabétisation)
    Bien qu’il ne présente pas les tranches d’âges de la population il mérite cependant une grande attention.
    Nous constatons, aussi bien en local, que sur un plan régional l’amélioration de l’aplhabétisation de 1.8 points pour la région et de 1.4 points pour le local.
    Nous ne disposons pas de données plus fines pour mieux analyser la situation.
    Quelques données sur les flux migratoires vers les bassins traditionnels de l’emploi nous auraient apporté quelques clarifications.

    un exemple : un jeune ingénieur qui termine ses études à Mateur et se retrouve pour des raisons professionnelles, embauché à Tunis aura contribué à rétablir l’équilibre au profit de Bizerte, en amendant négativement la population active de la région de Mateur.

    La nature même de la région de Mateur, par les activités qu’elle offre et qui y sont exercées draine une population à majorité rurale (et là encore nous n’avons pas les chiffres).
    Il n’est pas difficile d’imaginer que Bizerte Tunis ou Sousse peuvent présenter de moins bons résultats dans cette catégorie.
    Mais peu importe la lecture et les données, ce tableau représente beaucoup de points positifs et, en tout cas une sensible amélioration de la situation et un recul franc de l’illétrisme.

    Tableau 2 (taux de Chômage à Mateur)
    Comme je l’ai indiqué un peu plus haut, Mateur n’est pas un bassin traditionnel de l’emploi.
    Les principales administrations et les importantes structures de soins sont implantées pour des raisons évidentes d’organisation, dans les principales villes et malgré la présence de quelques sous-structures de l’Etat à Mateur, il est difficile d’affirmer que Mateur est « un grand consommateur » d’emplois de fonctionnaires.
    Ce tableau me dérange dans sa présentation et dans l’insuffisance des éléments traités.
    1 – Il ne se réfère à aucune autre année; il s’agit juste d’une photographie de la situation
    2 – Il ne définit pas la nature des travailleurs privés d’emploi
    Sont-ils des bénéficiaires fin de mois au sens du l’organisation internationale du travail ?
    Sont-ils des chômeurs à temps partiel lié à une conjoncture économique particulière ?
    Sont-ils des saisonniers dont l’activité s’est trouvée réduite en période de basse saison ?
    Quelles sont les tranches d’âge concernées ?

    Comme vous pouvez le constater, beaucoup de questions se posent
    Beaucoup de données et précisons sont manquantes ; et malgré un bonne volonté, il serait hasardeux et irresponsable d’émettre la moindre bribe d’analyse.

    Tableau 3 (Catégories de chômage)

    Bien, que la donnée principale (population active) soit omise, ce tableau présente l’avantage d’une meilleure précision et met en exergue le nombre de chômeurs n’ayant pas atteint le niveau d’études secondaires.
    J’espère que les strates décisionnaires et les créateurs d’entreprises pourront exploiter positivement ces chiffres et contribueront à développer des emplois adaptés à cette situation.
    Il est à noter un chiffre, qui sans être aussi élevé, présente, pour moi du moins, une source d’inquiétude : il s’agit des travailleurs privés d’emploi ayant atteint un niveau secondaire.
    Il serait intéressant d’affiner l’enquête afin de déterminer si ces jeunes sont issus d’un parcours secondaire technique, littéraire ou général.
    Et je suis tenté de mettre en corrélation les propos de Monsieur Fakhreddine MEZZI relatifs à la baisse du niveau et le manque de résultats significatifs dans les écoles.
    Les 195 candidats à l’emploi ayant achevé leurs études supérieures peuvent susciter quelques préoccupations. Elles sont, à mon humble avis d’ordre transitoire. Il est, en effet constaté que la crise financière rend les entreprises frileuses pour l’emploi de cette catégorie de diplômés.

    Tableau 4 (répartition hommes / femmes des travailleurs privés d’emploi)

    J’ai une lecture assez positive de ces données.
    Je pense que c’est le résultat d’une politique de parité qui donne des résultats.
    J’ignore la proportion de femmes et d’hommes qui sont à la recherche active d’emploi, mais je peux vous assurer qu’en France, j’aurais tendance à ressentir un brin d’envie à la lecture de ces résultats.

    Manoubi Ben Hassen
    Cordialement

    • Certainement y a des détails qui peuvent changer un peu l’aperçu. Mais je pense que si cette miniature de l’état de Mateur en terme de scolarisation et du chômage est bien synthétique. Si on va du géneral aux détails je pense aussi qu’ils n’apportent pas des contradictions aux quatres tableaux. Non ?!!😦

  14. Je découvre avec stupéfaction et un grand étonnement les statistiques concernant la ville de Mateur. Je découvre ces chiffres alarmants alors que je me trouve à l’étranger, franchement j’ai honte et heureusement que je me trouve seul devant mon ordinateur sinon comment expliquer aux étrangers qui me reçoivent que ma ville compte pas moins de 23% d’analphabetes. Il n’est concevable de trouver plus du 1/5 des habitants de la ville ne sachant pas ni lire ni écrire ; Hé réveillons nous nous sommes en 2009.
    C’est un cri d’alarme oui je suis choqué.😦
    Faites quelques choses s’il vous plait.
    Na.Ouar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :