• Blog Stats

    • 431,347 visites
  • A propos

    Mateur (_ ماطــر _) est une ville du nord de la Tunisie située à 66 kilomètres au nord-ouest de Tunis (capitale). Elle est située au cœur d'une région agricole de premier ordre en raison de la fertilité des terres de la plaine environnante. Elle compte deux zones industrielles et elle abrite deux établissements universitaires. Le premier Conseil municipal de Mateur est installé le 12 octobre 1898 pour concrétiser et raffermir l’importance géographique et économique de la région. Durant l’année 2008 la municipalité de Mateur célèbre son 110e anniversaire.
  • Archives

  • Rechercher date

    avril 2009
    L M M J V S D
    « Mar   Mai »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Top articles

  • Pages

MATEUR – POLE D’EXCELLENCE DU TOURISME VERT


INVITATION OUVERTE AUX ELUS (ES)

Eco-tourisme – géo-tourisme –tourisme vert sont des activités qui concilient économie et environnement dans une optique de développement durable. La région du grand MATEUR est,  plus que tout autre lieu, l’espace rural et écologique par excellence. Sa diversité et son accessibilité correspondent à l’évolution de la demande d’un large public. C’est ce qu’on appelle le tourisme vert ou tourisme rural.

Le tourisme rural, parfois dit « tourisme vert », est une pratique en développement constant à travers le monde et qui est appelée à connaître de larges horizons dans notre pays, puisque à travers le retour à la campagne, chacun de nous espère notamment retrouver les racines et se ressourcer.

Ce tourisme est  aussi pour les plus jeunes parmi nous : tunisiens et étrangers, à la fois un loisir, une découverte et une forme d’exercice physique puisque les marcheurs peuvent se promener des journées entières et pique-niquer en pleine nature.

Les sportifs et les amateurs de V.T.T. pourraient évoluer soit sur les mêmes sentiers que les marcheurs, soit sur les petites routes «de campagne» peu fréquentées.

Pour les amoureux de la nature, tout autour de MATEUR, de l’ICHKEUL à NEFZA, de TAHENT à CAP SERRAT, la faune et la flore sont  riches et variées, les espèces d’oiseaux migrateurs,  sont très nombreuses : c’est l’Eden pour  adeptes de «l’éco-tourisme». Aux dunes littorales couvertes de broussailles succèdent les collines formées de sable tapissées de forêts de pins ou d’eucalyptus qui juxtaposent des bouquets de chênes verts et de chênes lièges, les sous-bois de cistes, de genets, de myrtes, de bruyères et de champignons délicieux.

Il y a aussi les grands barrages qui ont été construits dans la région. Pourquoi n’a-t-on pas implanté au bord des lacs et des retenues d’eau, des bases nautiques où les jeunes pourraient s’adonner aux sports aquatiques : voiles, pédalos, planches à voile et ski nautique.

Beaucoup de gens seront surpris d’apprendre qu’il existe un dyke volcanique basaltique dans des collines qui bordent l’est de la vallée de BOUJRIR, et de GHEZALA.

Voilà pourquoi une visite des élus de la région leur permettra surement d’apprécier cette richesse naturelle et réfléchir à l’intérêt touristique et économique afin d’œuvrer vers des actions dans leur domaine d’excellence pour des actions publiques en légiférant dans les sens de : l’aménagement des lieux, la mise en marché de ce nouveau produit, l’appui au financement, ou plus indirectement, l’appui en ingénierie, l’aide à l’organisation. Ce projet va au-delà d’une simple démarche économique  dans la mesure où les résultats permettront en plus de la valorisation du patrimoine et la promotion de la région, la création des points de rencontre rural-urbain, la préservation de l’environnement, la création d’équipements touristiques non agressif et faire ainsi de la population rurale  de véritables agents économiques de leur propre terroir.

C’est cela aussi le développement durable.


Fakhreddine MEZZI

fakhreddinemezzi

10 Réponses

  1. Bonjour,

    Je m’appelle Susanna et j’aimerais vous proposer une collaboration éditoriale. Malheureusement, je n’arrive pas a trouver votre contact sur votre site.

    Voici mon adresse email pour reçevoir plus d’informations: tunisieweb12@gmail.com

    Dans l’attente de votre réponse.

    Je vous remercie.

    Susanna

  2. Tunisie : Des circuits thématiques pour promouvoir le tourisme vert

    La Tunisie est propice au tourisme écologique. Elle dispose de plusieurs sites naturels qui offrent une valeur ajoutée non seulement au produit balnéaire, mais aussi au tourisme d’évasion en pleine nature.

    Ce tourisme écologique ne cesse d’attirer les défenseurs de la nature et c’est dans ce cadre que les ministères de l’environnement et du tourisme qui, conscients des enjeux de l’écotourisme et des dégradations environnementales engendrées par le tourisme de masse ont décidé de promouvoir ce tourisme qui préserve l’environnement et contribue activement à la protection du patrimoine naturel tout en proposant un tourisme durable, solidaire et écologique. L’écologie par définition est la gestion de la maison (Oikos-logos). Il s’agit de la gestion que les humaines font de la biosphère, c’est-à-dire des parties de la planète où la vie est possible. Notre pays possède tous les atouts pour devenir une destination privilégiée pour les passionnés du tourisme écologique. Les différents sites naturels représentent autant de potentialités à revaloriser. De nos jours, les gens stressés et fatigués veulent sortir, rechercher l’air pur et la verdure. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’élaboration des circuits écologiques thématiques par le ministère de l’environnement et du développement durable : le circuit « le chemin de l’eau de Zaghouan à Carthage », le circuit « mémoire de la terre, du désert et des oasis », le circuit « les forêts », le circuit « l’olivier », le circuit « les îles tunisiennes », le circuit « Faouara » et le circuit « les andalouses ». Ces circuits invitent à la promenade dans un milieu naturel d’une exceptionnelle beauté. Ils sont considérés comme des modèles d’authenticité, d’enrichissement et de renouvellement. Chaque année, un nombre impressionnant de touristes en font leur destination.Ces espaces permettent aussi de jouir de la beauté de la nature, de la richesse et de la diversité biologique végétale et de la magie du son de l’eau jaillissant des sources et allant vers les oueds.

    Compte tenu de ses richesses naturelles et culturelles, un ensemble d’activités ont été exécutées dans ces circuits pour promouvoir le tourisme écologique dont les plus importants sont l’édification de musées, l’aménagement de sentiers pour la promenade, l’installation de panneaux d’information et de moyens de sensibilisation audiovisuels.
    Le touriste de nos jours cherche l’exotisme, le dépaysement et là il faudrait être imaginatif et créatif… Tourisme et écologie sont deux forces alliées. Il semble utile de créer des ponts entre ces deux univers et favoriser une meilleure compréhension mutuelle.

  3. « Toute la côte nord, où se succèdent criques, caps et falaises, plages de sable fin, pinèdes et maquis… est riche en surprises et émerveillements. Le décor est très beau et laisse un « sentiment de plénitude » aux visiteurs. Tout au long de ses 400 kilomètres, tantôt déchiquetées, tantôt souriantes et mélancoliques, la côte nord offre la vision d’une Tunisie à l’état brut, sans maquillage ni concession. Ici la terre et les hommes affrontent depuis des siècles les assauts furieux de la nature et les vicissitudes de l’histoire. La turbulence des eaux, la violence des vents dans cette région et le va-et-vient incessant des vagues ont entraîné un éclatement des falaises surtout dans les parties basses de la côte et formé de belles criques de sable fin entrecoupées par des promontoires rocheux. Dans cette côte “encore” sauvage, violente et belle, le temps s’écoule au rythme des saisons. »

    Pour lire la suite, découvrir et voir des photos exclusives
    http://www.saisonstunisiennes.com/st/reportage.php

    Bonne lecture et bonne découverte

  4. Ecotourisme et tourisme de la nature

    «Bizerte a horreur du vide» «Les défis de l’écotourisme et tourisme de la nature à Bizerte » a été le thème du séminaire organisé récemment par la Chambre de commerce et d’industrie du Nord-Est de Bizerte en collaboration avec la jeune chambre économique de Bizerte, ouvert par Mr. Slim Tlatli, Ministre du Tourisme. En effet, une nouvelle stratégie est préconisée pour promouvoir ce nouveau genre de tourisme écologique et de la nature, qui a bénéficié d’une large étude de développement des multiples facettes de l’écotourisme dans le nord.

    Cette importante journée technique sur le développement et la promotion d’un tourisme durable sur les espaces naturels côtiers, forestiers et dans les régions montagneuses du gouvernorat de Bizerte demeure une opportunité supplémentaire pour la mise en place d’une stratégie projective et fiable qui pourrait donner une synergie capable de répondre aux attentes des opérateurs et promoteurs.

    A cet effet, Mme. Sihem Slim, directrice de l’aménagement à l’APAL, a mis en relief les immenses potentialités éco touristiques de la région, tout en développant ses richesses historiques, naturelles et humaines. Alors que M. Youssef Saâdani, directeur du développement socio-économique de la population forestière à la direction générale des forêts, a axé son intervention sur le domaine foncier, celui de la concession forestière et l’écotourisme.

    Le second volet de ce séminaire a été marqué par les interventions de Sami Belhadj, expert consultant (cabinet Thétis), Patrick Bazin, chef du département d’appui à la gestion et à l’évaluation au conservatoire du littoral français, qui furent axées sur le développement du tourisme durable dans les espaces naturels côtiers de Bizerte et la présentation de l’expérience française en écotourisme dans la région Provence Alpes Côte d’Azur, dont les similitudes sont presque analogues à celles de la région de Bizerte qui devrait profiter de ses potentialités et de ses atouts pour relever les défis de l’écotourisme.

    M. Slim Tlatli, ministre du Tourisme a mis l’accent sur la place de choix du secteur du tourisme dans l’économie nationale qui a évolué malgré une conjoncture difficile en 2009 de 3%, enregistrant une recette de 3400MD. Développant, par la suite les objectifs et les grandes lignes du plan d’action de la stratégie préconisée pour la promotion du secteur à travers la commercialisation sur internet, en vue d’atteindre l’objectif de dix millions de touristes et plus. Il a, également, mis l’accent sur l’effort de diversification et de valorisation du produit touristique et l’application des nouvelles normes de classification des établissements touristiques ainsi que la mise à profit du patrimoine civilisationnel de notre pays pour la promotion du tourisme culturel et environnemental.

    Stratégie et objectif

    Cette journée technique sur le développement du tourisme vert dans la région de Bizerte a été marquée par la présentation de projets et idées portant sur la création et l’exploitation de circuits touristiques environnementaux et culturels, capables de créer notamment une dynamique très positive, avec de nouveaux concepts (chambres d’hôtes, randonnées, observations d’aventure…) adaptés à de nouvelles niches de clientèles étrangères et locales ainsi qu’à une partie de la clientèle traditionnelle.

    Cette rencontre fut aussi une opportunité pour les présents de discuter et d’étayer dans la transparence la plus absolue l’enjeu de ce secteur et de sa réelle situation en vue de le promouvoir conformément au plan de développement durable de gestion et de valorisation du patrimoine culturel, portant sur la protection de la biodiversité qui intègre le volet touristique comme vecteur de développement local. Alors que les recommandations ont porté sur : la valorisation raisonnée des sites vulnérables d’intérêt patrimonial, la réhabilitation des zones de terroirs, la création de nouveaux produits « tourisme durable », la création de banque d’idées novatrices de projets et de microprojets en vue de créer une gamme de randonnées et d’observation nature, le développement de l’hébergement et de la restauration, la valorisation des ressources culturelles et de l’artisanat, l’implication collective dans le développement de l’écotourisme etc.

    Par ailleurs, notons qu’avec le développement promotionnel de ce nouveau créneau de tourisme écologique et l’achèvement des travaux en cours d’exécution et qui avancent fort bien de la nouvelle marina de Bizerte  » Cap 3000  » dont l’enveloppe s’élève à plus de 180 MD qui vont certainement métamorphoser la ville de Bizerte, comme le lancement de l’autre grand projet de Thalassothérapie dénommé  » Voile de Bizerte  » qui est en fait un hôtel 5 étoiles de 300 lits pour une valeur de 50 MD, une fois arrivés à terme, ils vont impulser le secteur du tourisme écologique, balnéaire, de plaisance et des loisirs dans la région.

  5. Reflets du lac d’Ichkeul
    Retenu par l’Unesco comme réserve de la Biosphère en 1977, le parc national d’Ichkeul a été crée en décembre 1980 et inscrit comme zone humide d’importance internationale comme habitat des oiseaux d’eau sur la liste du patrimoine mondial naturel et c…ulturel. Le parc d’Ichkeul couvre une superficie totale de plus de 12 600 hectares; 8 500 ha pour le lac, 2737 ha de marais dominés tous deux par 1 363 ha du Djebel Ichkeul qui culmine à 508 mètres. Alimenté par les oueds Sedjenane, Douimis, Joumine, Ghezala et Maleh, le parc communique avec le lac de Bizerte par l’oued Tinja. L’Ichkeul se situe dans l’étage bioclimatique sub-humide à hiver doux. Grâce à une pluviométrie importante – 650 mm/an – et la forte alimentation des oueds alentours, l’eau est beaucoup moins salée en hiver avec un degré de salinité de 8g/litre. En été où l’alimentation est presque nulle et l’évaporation très forte le degré de salinité atteint 20 g par litre. Ce milieu développe un microclimat propice à une survie d’espèces végétale et animale. Le djebel est couvert par un maquis dominé par l’oléastre et parsemé de lentisque et de caroubiers. La flore est composée d’une grande variété de plantes méditerranéennes avec notamment des genévriers de barbarie, des orchidées, des cyclamens et des oliviers sauvages. On trouve aussi des asperges, des câpriers et de grandes euphorbes arborescentes. Cette flore offre un lieu d’hivernage à plusieurs milliers d’oiseaux migrateurs, oies cendrées et canards siffleurs sans compter les quelques centaines d’espèces dont des poules sultanes, hérons cendrés et bécasseaux qui vivent dans le lac et les marécages qui l’entourent. Sa faune est caractérisée par une vaste population d’espèces rares dans le monde. Dans le Djebel vivent des rapaces rares, comme le faucon d’Éléonore ou l’aigle de Bonelli. Parmi les mammifères, on peut rencontrer outre le chacal et le renard, la genette ou la loutre très rare en Tunisie. La plus grande attraction du parc est la présence d’un troupeau de buffles d’eau qui vivent en complète liberté. Ils ont été offerts apparemment par le roi de Sicile au Bey de Tunis. Le lac d’Ichkeul est poissonneux, mais pour maintenir l’équilibre écologique la pêche est limitée à 250 tonnes/an. Les espèces de poissons les plus communes sont l’anguille, le bar, la sole, le barbeau.
    Raja Skandrani
    http://www.saisonstunisienne.com

  6. Bizerte: 35 idées de projet touristique identifiées
    Le troisième et dernier volet de l’étude sur le développement du tourisme à Bizerte a permis d’identifier 35 idées de projet d’investissement
    dans le tourisme culturel, écologique, de santé et de plaisance. Les idées de projet ont été dégagées à la lumière des potentialités naturelles, patrimoniales et historiques de la région qui ont été recensées au cours des deux premières étapes de l’étude ordonnée par le Chef de l’Etat le 15 octobre 2004. Elles consistent, notamment, en la création de musées, l’exploitation du site écologique autour du lac Ichkeul, la valorisation de la poterie de Sejnène et la promotion du tourisme culturel et historique à El Alia et Ghar El Melh, ainsi que du tourisme rural à Mateur. Il s’agit, aussi, de la réalisation de projets de tourisme de plaisance et d’exploitation des eaux thermales. L’étude suggère, également, la création de deux centres sportifs, un centre de formation dans les métiers de la mer et une station touristique intégrée à Kef Abed, ainsi que l’exploitation de circuits de découverte des îles du Nord, précisément la Galite et les îles avoisinantes. En vue de promouvoir ces idées de projet auprès des investisseurs tunisiens et étrangers, les autorités régionales de Bizerte s’emploient à créer une société de développement et d’études touristiques groupant les différents acteurs économiques dans la région, et ce, en coordination avec les structures nationales concernées

  7. Une mateuroise à la tête de l’association « ECOTOURS » en effet Madame Mounira Boukmiha est une pure mateuroise elle est maire adjoint de la ville de Tunis

    Créée il y a un peu plus d’une année, Ecotours-Tunisie se veut une instance qui œuvre dans le domaine de la sauvegarde de nos sites écologiques.

    Présidée par Mme Mounira Boukmiha, cadre à la CNSS, cette association a inscrit dans son plan d’action, dès sa création, la promotion du tourisme écologique et des sites. Elle s’est ainsi fixée comme objectif premier de contribuer à la promotion des potentialités de développement du tourisme écologique dans les différentes régions tunisiennes, la concrétisation des orientations nationales relatives au développement du tourisme écologique et des sites. Sur un autre plan, “Ecotours-Tunisie” œuvre au développement d’une culture d’investissement autour des sites et des zones concernés par le tourisme écologique, tout en participant à la création d’une dynamique de développement autour de ces sites et des circuits de tourisme écologique, tout en intégrant les populations locales dans les activités et les services en faveur du développement du secteur, et ce, par la mise en œuvre d’un programme d’encadrement, de formation, d’orientation et d’octroi de micro-crédits.
    Parmi les cordes qu’elle a accrochées à son arc, l’encouragement des initiatives créatives et innovantes, en gratifiant annuellement les meilleurs projets en faveur du renforcement de la compétitivité du secteur, tout en contribuant au marketing des produits de tourisme écologique, à l’échelle nationale et internationale. Ecotours-Tunisie œuvre également au renforcement des échanges d’expériences et des bonnes pratiques avec les associations et les organisations internationales actives dans le secteur du tourisme écologique.
    D’ores et déjà, l’association a organisé une Journée d’information et de sensibilisation au profit des médias, ainsi qu’une table ronde à l’intention des étudiants sur le thème : ” Ecotourisme et emploi des jeunes diplômés “. Au début du mois, elle a organisé, en marge du Salon Méditerranéen du Tourisme (MIT), un séminaire national sur les réalités et les perspectives du tourisme écologique et le développement durable en Tunisie.
    Cette manifestation est organisée en partenariat avec le magazine Tourisme-info. Ce séminaire avait pour objectif d’attirer l’attention sur l’intérêt croissant du public pour l’environnement et la recherche de nouveaux produits par les voyagistes. De tels paramètres ont poussé l’industrie du tourisme à s’intéresser de plus en plus à l’écotourisme comme nouvelle alternative au tourisme de masse.
    S’inscrivant dans la mouvance des nouvelles orientations nationales visant le développement durable par le biais de l’écotourisme, l’association s’est proposée ainsi de réunir les différents intervenants du secteur autour du thème de l’écotourisme en Tunisie, et ce, afin de redynamiser les efforts des intervenants dans ce secteur, d’impulser le rythme de développement du secteur. Et, enfin, mettre au profit des populations locales tunisiennes les bienfaits économiques, culturels, environnementaux et sociaux de l’écotourisme.

  8. تونس – الصّباح: ستنتظم في الفترة الممتدة من 14 إلى غاية 16 ماي الجاري الدورة الخامسة عشرة للصالون المتوسطي والدولي للسياحة « MIT 2009 » بقصر المعارض والمؤتمرات بالشرقية،

    ولتقديم لمحة عن الدورة الحالية للصالون وما تتضمنه من فعاليات إلتأمت يوم أمس ندوة صحفية بإشراف السيد عفيف الكشك مدير المعرض ذكر خلالها أن الدورة الخامسة عشرة للصالون المتوسطي الدولي للسياحة سيعرف مشاركة ما يناهز 120 عارضا يمثلون مختلف القطاعات السياحية ومكوناتها من فندقة وترفيه صناعات تقليدية ونقل ووكالات أسفار واستثمار…إلخ.

    تجدر الإشارة إلى أن الدورة الحالية للمعرض تلتئم في ظرف عالمي خاص تمر به السياحة في العالم انعكس على جميع الوجهات السياحية بسبب تداعيات الأزمة الاقتصادية العالمية، وأوضح في هذا السياق السيد عفيف الكشك أن الوضع الراهن انعكس على الدورة الحالية «للميت» ذلك أن عدد المشاركين لم يشهد تطورا كما أن عدد من العارضين ألغوا مشاركتهم في اللحظات الأخيرة… رغم ذلك اعتبر السيد عفيف الكشك أن المحافظة على نفس العدد من المشاركين يعتبر أمرا جيدا في ظل الظروف الراهنة التي تمر بها السياحة في العالم.

    السياحة الداخلية

    من جهة أخرى ينتظر أن يكون المعرض فرصة للسياحة الداخلية عبر تقديم امكانيات ومجالات قضاء العطل والسفر سواء داخل الجمهورية أو للخارج لاسيما أن المعرض سيعرف مشاركة الديوان الوطني للسياحة وجامعة وكالات الأسفار إضافة إلى حضور الجامعة التونسية للنزل بمشاركة أهم السلاسل الفندقية الكبرى… إضافة إلى مشاركة وجهات سياحية عادة ما يرغب التونسي في السفر إليها على غرار تركيا ومصر وسوريا وليبيا.

    ملتقيات وموائد مستديرة

    إلى جانب تنظيم ورشات عمل على هامش المعرض ينتظر أيضا تنظيم عدد من الملتقيات حول مواضيع مختلفة ذات علاقة بالقطاع السياحي نذكر منها ملتقى حول السياحة البيئية والمستديمة والمتضامنة في تونس وملتقى حول دور السياحة في الاتحاد من أجل المتوسط وملتقى حول الوجهة السياحية المصرية في حين سيخصص عدد من الموائد المستديرة لتدارس وضعيات بعض الأسواق السياحية على غرار السوق الفرنسية والألمانية والإيطالية والأسواق العربية في علاقتها بالسياحة التونسية.

    يذكر أيضا أنه على هامش الصالون ستنظم تركيا الأسبوع التركي الثقافي بنزل أفريكا بالعاصمة ابتداء من يوم الاربعاء 13 إلى غاية يوم السبت 16 ماي الجاري.

  9. Une bonne nouvelle :
    Travaux d’infrastructure à Mateur

    Le conseil municipal de Mateur vient d’entamer l’installation d’un réseau d’évacuation des eaux de pluie pour 550 mille dinars.
    Un montant de 882 mille dinars a été alloué au bitumage des routes et au dallage des trottoirs dans trois quartiers.
    Les interventions programmées au profit de cette délégation consistent, également, en l’embellissement de l’avenue Taieb Mehiri et des entrées de la ville en direction de Tunis, Béja et Menzel Bourguiba. Il s’agit aussi de l’aménagement du marché municipal et des stations de transport rural pour un coût de 125 mille dinars.
    Ce n’est qu’un début

  10. Sur la route Mateur-Boujrir-Sejnane

    ( l’invitation adressée par de Monsieur Fakhreddine Mezzi aux élus de venir découvrir la beauté du paysage du grand mateur m’a donné l’occasion de chercher des articles écrits sur cette belle région que j’ai découverte récemment après mon retour au pays, et dont voici quelques extraits de monsieur Ayachi.
    Profitez-vous aussi du printemps et allez découvrir cette belle région)

    Un détour par Ghezala, Semane, Bézina dites-vous? Mais non, une évasion qui vous plonge dans un autre monde où on sent si peu le temps passer qu’il en est trop bref
    Mais, d’abord, un aveu : ce tronçon d’une vingtaine de kilomètres, je ne l’avais jamais emprunté. Honteux ? Ah, oui ! D’autant que j’en avais vu des photos sorties d’un monde d’enchantement. Je déniche enfin le coin dont j’avais rêvé.
    Nous venions, donc, de Mateur en prenant insensiblement de l’altitude, laissant derrière nous la riche plaine céréalière, une véritable mer de verdure trouée en haut et à gauche du tableau par la glauque mare de l’Ichkeul à laquelle est amarré le djebel du même nom. Vue d’ici, la masse sombre du djebel apparaît majestueuse ;
    Doucement, on entame l’escalade des contreforts des djebels Mogods.
    Par bonds successifs, on prend la direction nord, en se laissant enfermer dans un monde enclavé qui nous coupe de la nationale, mais également des vastes horizons de la plaine de Mateur. On pénètre dans un autre monde, un nouveau type de paysage, un relief aux lignes douces qui dessine mamelons et cuvettes sur fond de molles hauteurs.
    Ce décor est parsemé de bocages ; de minuscules exploitations agricoles consacrées aux céréales alternant avec des bouquets d’oliviers et interrompues par des bois d’essences forestières. Cette variété végétale — qui ne laisse guère de place aux sols nus — se traduit par une symphonie en vert majeur tant la nature est verte…et où de nombreuses femmes se donnent au travail des champs. Ces femmes portaient la tenue traditionnelle : mélias ancestrales retenues à la taille par des ceintures en cordelettes de laine nouées sur le côté à un anneau en argent et retenues aux épaules par d’immenses fibules, foulards, savamment noués autour de la tête.
    Ces mêmes femmes qui après cette journée de dur labeur se donnent certainement à la poterie et dont les produits juxtaposent la nationale à même le sol, mais d’une beauté artistique qui vous laisse réveur. la poterie de Sejnane, qui a migré en contrebas sur la route de Bizerte, pour être plus près de la clientèle. Une poterie qui perpétue la tradition ancestrale de la fabrication de cette poterie modelée
    D’autant que la région n’aurait pas que ces atouts à promouvoir. Par l’essor du tourisme intérieur dans la région; par le progrès économique, par un mieux-être matériel et moral, puisque le savoir-faire et la manière d’être auront été revalorisés. il y a aussi l’artisanat, et l’un des plus beaux de Tunisie :
    Aujourd’hui, si vous vous rendez à Boujrir, qu’il fasse beau ou qu’il pleuve, comme en ce jour de notre visite, jouissez à satiété du paysage, emportez-en une bonne provision et puis reprenez la route en direction de la plaine de Sejnane pour prendre possession du restant de patrimoine, Et recevez le radieux sourire des braves gens de la région en prime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :